Pourquoi utiliser un poney pour produire des petits chevaux est une bonne idée ?

Dernière mise à jour : 30 déc. 2021

Certes nous n'allions pas vous dire le contraire mais ce n'est pas le seul argument ;-)


Utiliser un étalon poney en croisement avec des juments warmblood, Selle Français ou Lusitanienne, pour ne citer que ces races-là, c'est s'assurer de réduire la taille des poulains, sans dénautrer les qualités d'allures.


Pourquoi chercher à produire plus petit me direz-vous ? C'est simple : le marché français du cheval de dressage est principalement composé de cavaliers amateurs, et pas uniquement d'hommes d'1m90, concourant en Grand Prix !


Or la plupart des chevaux de dressage toisent allègrement 170 cm pour les plus petits, sont pour beaucoup pas toujours très pratiques et pour certains bourrés de sang. Difficile d'y trouver sa place quand on est amateur et que le dressage est un simple loisir dans lequel on souhaite juste se faire plaisir (ce qui n'empêche pas évidemment les concours mais ce n'est pas une fin en soit) !


Le marché des "petits" chevaux de dressage et poneys XL est en pleine expansion et nombreux sont les cavaliers adultes à se diriger vers les poneys hors cotes afin d'assouvir leur passion sur une monture sereine ET sportive.


Pris entre le trop petit et la sanction du hors cote chez les poneys (et donc une impossibilité de participer aux épreuves poneys), les éleveurs de poneys ont tendance à être très vigilants sur la taille de leurs reproducteurs. Quant aux éleveurs de chevaux, force est de constater qu'il est très compliqué de trouver des étalons de moins de 167-168 cm, au risque d'y perdre en qualité et en force. On constate donc une très forte demande pour les chevaux de petite taille et une offre réduite à quelques races de petits chevaux (lusitanien, PRE pour ce citer que ceux-là).


Utiliser un étalon poney de dressage sur une jument Selle Français, Hannovrienne, Lusitanienne... n'est pourtant pas si rare que ça, et certains éleveurs de renom s'y sont engouffré voilà déjà quelques années.


A l'image du Haras de Coussoul, qui a utilisé notamment nos étalons Champion Suprême d'Eté, FS No Doubt et Volupto des Bourdons sur plusieurs de leurs juments lusitaniennes. L'objectif affiché était de produire des chevaux de petite taille, doté de tous les ingrédients pour en faire de parfaits chevaux d'amateurs avec de vrais moyens pour le dressage.



Miss Minx du Coussoul, par Volupto des Bourdons sur une jument PSL
Miss Minx du Coussoul, par Volupto des Bourdons sur une jument PSL

Quid des papiers ?


Un poulain issu d'un étalon poney et d'une jument "cheval" naîtra OC. Bon à savoir : les OC ont accès à tous les concours montés sans restriction ;-)


L'avantage de l'OC est que ce papier peut ne pas être définitif. En fonction de la race de la mère et de la taille du père, il sera possible d'inscrire votre poulain à titre initial à la naissance ou à 2 ans en PFS, AES, CDF, SF, etc...



Qu'apporte le poney de dressage ?


Sa taille d'abord, c'est une évidence. Si vous souhaitez rester dans la taille poney, il est conseillé d'utiliser alors un étalon de moins de 140 cm. D'abord pour permettre au poulain d'être inscrit à titre initial au PFS, et puis pour se donner le maximum de chances qu'il reste dans la toise.


Si l'idée est d'obtenir un petit cheval de dressage, alors vous n'avez que l'embarras du choix !


Les étalons poneys de dressage apportent leur praticité et leur souplesse, sans dégrader les qualités d'allures, la force, ni l'équilibre. Certains sont même fortement recommandés pour leur capacité à apporter du chic et une bonne orientation.



Alors qu'attendez-vous ? ;-)

500 vues0 commentaire